Une première ratée

27 vues

« Les Nantais étaient davantage morts de faim que nous et ils méritent leur victoire. » Quelques instants après avoir quitté les vestiaires de ses joueurs vaincus, le coprésident de l’Union Cognac Saint-Jean Christophe Lacombe était en colère. Et lucide. Pour sa première sortie à domicile, l’UCS a failli et a offert les clés de la victoire à une formation nantaise réaliste et intelligente. Empruntés, le « trouillomètre » à zéro, les joueurs de la nouvelle Union n’ont jamais été à la hauteur de l’événement, samedi soir.

C’est le demi de mêlée Le Bourhis qui inscrivait les premiers points de la partie sur une pénalité (0–3, 4e). Deux minutes plus tard, le pilier saintongeais Acosta chargeait mais laissait tomber le ballon. L’ailier nantais Fradin s’en emparait et grillait toute la défense avant de plonger dans l’en-but, le long de la ligne. Le Bourhis transformait. Après sept minutes, Nantes menait 0–10. Un capital qui passait à 13 unités après une nouvelle pénalité de Le Bourhis.

Roberts pas en réussite

Le capitaine des « Alchimistes », Tristan Roberts, très malheureux samedi, inscrivait enfin les premiers points de sa formation (3–13, 13e). D’habitude impeccable, l’ouvreur anglais ratait successivement deux pénaltouches (15e, 16e) puis une pénalité largement dans ses cordes (26e). Pas dans son assiette, à l’image de ses coéquipiers. Seul le remuant arrière Maxime Laforgue tentait, grâce à des appuis de folie, de semer la zizanie dans une défense bretonne qui se révélait hermétique.

Inconséquents en touche – cinq lancers vendangés -, les Charentais dominaient pourtant nettement leurs adversaires en mêlée. Mais libérés et bien organisés, les Nantais allaient enfoncer un peu plus les locaux. Une chandelle et le centre visiteur Martin se faisait la belle pour inscrire un nouvel essai en coin (3–18). Dans les tribunes, on se frottait les yeux pour y croire. La fin du premier acte était tout à l’avantage de l’UCS, mais le groupé pénétrant saintongeais ne parvenait pas dans l’en-but adverse.

Menés de 15 points à la pause, les joueurs du duo Hamacek-Cabannes allaient-ils montrer un visage plus conquérant ? À peine. Fébriles et peu inspirés, ils accumulaient les pilonnages, espérant faire plier ces coriaces Nantais.

À Arcachon dimanche

À 14 après le carton jaune d’un de leur pilier, les visiteurs subissaient et bénéficiaient aussi d’un peu de chance : Jordan Cosson, le deuxième ligne unioniste, commettait un en-avant juste dans l’en-but (58e). Le demi de mêlée Théo Entraygues redonnait tout de même l’espoir aux siens en exploitant une hésitation de la mêlée adverse pour inscrire un essai de filou (8–18, 60e).

Brouillons mais plus énergiques, les « Alchimistes » inscrivaient un nouvel essai collectif attribué à Tardy (13–18 puis 15–18). L’UCS allait-il s’imposer sur le fil ? Le dernier mot revenait aux visiteurs qui inscrivaient un ultime essai dans les arrêts de jeu. Cruel mais pas illogique. En construction, le groupe de l’Union Cognac – Saint-Jean a du pain sur la planche avant se déplacer à Arcachon, dimanche.