Ses élèves sont prêts pour la marche blanche

Céline Bétouret-Candau, professeur d’espagnol au collège Henri-Dheurle, est morte dans un accident sur l’île de Madère, le 15 août. Un groupe composé d’élèves a organisé une marche blanche, samedi, afin de lui rendre hommage (1). Rencontre avec Noa et Camille, aujourd’hui lycéens, anciens élèves de l’enseignante disparue.

« Sud Ouest » Comment a été organisée cette marche blanche ?

Camille Nous avons été très choqués lorsque nous avons appris la nouvelle. Ce n’était pas juste et tellement incongru de mourir sous un arbre. Avec Noa, Baptiste et Guilhem, on s’est dit qu’il fallait faire quelque chose. Guilhem a créé un groupe sur Facebook : Mme Bétouret. Samuel, Ilona, Thaïs, Cylia et Adrien nous ont rejoints et le groupe s’est enrichi de 630 membres aujourd’hui. Nous avions un but commun, rendre hommage à Mme Bétouret, qui a tant fait pour nous. Tout le monde l’aimait. Elle m’a donné de la force et redonné confiance en moi.

Noa Elle nous a donné l’envie d’apprendre. Elle m’a aidé à aller en section européenne au lycée et m’a enfin fait aimer l’espagnol. Même si dès fois elle me punissait, j’aimais aller à ses cours. Elle était juste. Elle aidait les élèves pour qu’ils s’améliorent, était toujours à l’écoute.

 

Alors, on s’est bougé ensemble. Elle le méritait, elle nous a tous marqués. Camille et moi on s’est occupé de contacter tous les médias du Bassin, Samuel et Guilhem accompagnés de Christelle Caro et Patrice Almodovar, profs au collège, sont allés en mairie exposer le projet de marche blanche. Et les autres ont négocié les fleurs avec les commerçants pour le jour de la marche. Un fleuriste à La Teste, deux à Gujan et un à Cazaux ont tout de suite accepté.

On s’est senti soutenus par toute la population, les professeurs, les parents, les commerçants et les médias. On savait qu’on faisait quelque chose de bien ensemble.

Comment cela va-t-il se passer, samedi ?

Camille Le rendez-vous est ce samedi, à 9 h 30 devant la mairie. On distribuera les fleurs aux participants. Apparemment, on devrait être plus de 300. Puis on part vers 9 h 45 vers la place Jean-Hameau, la rue du Captalat et la rue Henri-Dheurle, pour arriver devant le collège.

Noa On souhaiterait que les gens s’habillent en blanc ou en couleurs claires.

(1) Les obsèques de Céline Bétouret-Candau, originaire du Béarn, se sont tenues à Orthez, le 31 août.